Pôle Soins Ambulatoires

Centres Médico Psycho Pédagogiques

Etablissements de soins aux frontières du Médico-Social et de la Psychiatrie, les Centres Médico-Psycho-Pédagogiques sont régis par le code de la Santé Publique et par l’Annexe XXXII du décret du 9 mars 1956. Ils s’adressent aux enfants et adolescents présentant des difficultés d’adaptation, des troubles psychomoteurs, des troubles du comportement, se révélant le plus souvent dans l’environnement scolaire. La prise en charge est mise en oeuvre par une équipe pluridisciplinaire se composant de médecins psychiatres et pédiatres, de psychologues, d’orthophonistes, de psychomotriciens, d’assistantes sociales et de personnels de l’Education Nationale, le plus souvent maîtres chargés de rééducation et psychologues scolaires.

Historique

C’est à partir de la seconde moitié du XXème siècle (1945) que les difficultés de l’enfant furent appréhendées, non pas à partir des causes directes liées au sujet lui-même, mais en considérant celui-ci dans son milieu de vie (familial, scolaire, social…). Le dialogue avec les parents et les acteurs du monde scolaire apparut alors tout aussi important pour résoudre les conflits psychologiques bloquant l’évolution de l’enfant que l’intervention sur celui-ci. De cette époque naquirent les Centres Médico-Psycho-Pédagogiques de cure ambulatoire, intégrant tout à la fois la dimension du soin et l’approche pédagogique.
Au nombre de 305 Centres environ, avec parfois des antennes, ils constituent un maillage important alliant à la fois souplesse et savoir-faire en accueillant annuellement plus de 100 000 enfants et adolescents.

Cadre réglementaire

Les textes de référence
Les conditions techniques de fonctionnement des Centres Médico-Psycho-Pédagogiques de cure ambulatoire ont été définies par l’Annexe XXXII au décret 56-284 du 09 mars 1956 et n° 63-146 du 18 février 1963. Elles ont été complétées ensuite par la Circulaire n° 35 bis du 16 avril 1964 en particulier dans les modalités financières.

Les missions générales du CMPP

Le Centre Médico-Psycho-Pédagogique est un établissement accueillant des enfants et des adolescents. L’équipe pluridisciplinaire assure une fonction d’accueil, d’écoute et de soins auprès des enfants et de leur famille, sous forme de consultation ambulatoire. C’est une démarche libre des intéressés ; chaque praticien s’efforce d’aménager pour l’enfant un espace de confidentialité, tout en tenant compte du désir d’information des parents.
La mission du CMPP est de prendre en compte la souffrance de l’enfant et de faciliter les relations avec son environnement familial, scolaire et social, et ce dans un souci de prévention. Son action peut être primaire, intervenant au niveau de l’entourage familial ou social afin de prévenir l’apparition de troubles. Elle est le plus souvent secondaire pour éviter une structuration sur un mode pathologique fixé, ou tertiaire afin d’empêcher le passage à la chronicité et son retentissement sur l’entourage. Dans ce cadre, apparaît très important le travail de liaison avec les partenaires extérieurs directement concernés par l’enfant (institutions et services de la santé, de l’éducation, de la justice, du secteur social, médecins, paramédicaux…). Il ne se fait qu’avec l’accord des parents.

Parents

Pourquoi consulter ?

La consultation au CMPP est toujours une démarche libre des intéressés, enfants, parents, tuteurs légaux, même si des tiers (organismes ou personnes) ont pu la conseiller.
Les difficultés présentées peuvent être psychologiques, relationnelles, psychosomatiques, scolaires, de communication ou de comportement, éducatives ou d’apprentissage (langage oral, écrit, maîtrise corporelle…).

Les différentes phases du travail avec l’enfant et sa famille

Après avoir pris contact avec le CMPP, vous êtes accueillis par une secrétaire avant de rencontrer un médecin psychiatre. Au cours de ce premier entretien, vous pourrez parler des difficultés qui vous amènent. Le médecin vous proposera alors de rencontrer une personne de l’équipe.
Il peut s’agir :
– d’une orthophoniste
– ou d’un(e) psychologue,
– ou d’un(e) psychomotricien(ne),
– ou d’une psychopédagogue.
Avec votre accord, un contact peut être établi avec l’extérieur (médecins, enseignants…). Le plus souvent, il est assuré par l’assistante sociale.

Au terme de ce travail préliminaire, une équipe pluridisciplinaire se réunit. Il vous sera proposé la prise en charge la plus adaptée possible, c’est-à-dire :
– une psychothérapie individuelle avec l’enfant oul’adolescent,
associée éventuellement à des entretiens avec le ou les parents,
– une psychopthérapie familiale,
– une rééducation du langage écrit et langage oral,
– une rééducation logico-mathématique (et de raisonnement),
– une thérapie psychomotrice,
– une aide psychopédagogique,
– un groupe thérapeutique.

Le rythme des séances est le plus souvent hebdomadaire. L’arrêt de la prise en charge se décide en concertation entre l’enfant, sa famille et le praticien. L’ensemble de ces éléments est précisé dans un document individuel de prise en charge cosigné par le médecin responsable, l’enfant et vous-mêmes.

Les principales formalités administratives

Lors de votre accueil au CMPP, il vous est demandé de remplir un bref questionnaire afin :
– d’avoir vos coordonnées pour vous joindre par téléphone ou par courrier,
– de connaître les raisons qui vous ont conduits au CMPP,
– de facturer à votre Caisse d’affiliation à la Sécurité Sociale l coût de la prise en charge.
Le coût des séances au CMPP est pris en charge intégralement par votre Caisse d’affiliation. Au delà des six premières séances, une demande d’entente préalable est effectuée par le CMPP auprès des Caisses de Sécurité Sociale.

Le CMPP privilégie la liberté et le respect des consultants en favorisant :
– une écoute privilégiée de la famille et de l’enfant dans laquelle l’inconscient est pris en compte avec une distance possible à l’égard des réalités ou des institutions.
– le secret médical et professionnel qui garantit la liberté d’expression des consultants.

Bureau d’Aide Psychologique pour Etudiants

Le BAPE se définit avant tout comme un lieu d’accueil et de traitement ambulatoire pour les étudiants.

Son but est d’aider l’étudiant dans ce moment particulier où la famille s’efface, alors que l’environnement social n’est pas encore porteur d’identité.
Situer les symptômes et les difficultés de l’étudiant dans leur contexte peut alors permettre de mieux comprendre sa demande et prendre en charge aussi précocement que possible les troubles en cours de constitution.
Ce lien médian entre la famille, le monde universitaire et parfois même celui du travail, cherche à apporter une réponse aux souffrances d’une population souvent peu encline à reconnaître ses troubles psychiques.

Dans un premier temps l’étudiant est reçu au BAPE quelque soit la catégorie psychopathologique des troubles présentée. L’étudiant n’est pas reçu en fonction de tel ou tel symptôme, mais comme une personne dans un statut d’étudiant, qui souffre, qui cherche un interlocuteur pour situer son « mal être » et se situer dans sa relation aux autres. C’est pourquoi, il importe de recevoir également celui qui éprouve un malaise diffus, qu’il ne peut rattacher lui-même à aucune cause.
Un premier signe vague et anodin peut conduire autant à une pathologie lourde qu’à une chance d’évolution à saisir.

Le Bureau d’Aide Psychologique pour les Etudiants s’adresse à tous les étudiants de 18 à 27 ans.
Les premières consultations se font sur rendez vous. Les entretiens d’accueil sont menés par un psychiatre ou un psychologue. Leur formation psychanalytique donne un caractère spécifique à cette première rencontre dans sa dimension d’écoute.
Les étudiants sont reçus directement par le psychothérapeute qui les suivra par la suite. C’est très important, ils ne sont donc pas obligés de parler de leurs difficultés par deux fois à deux personnes différentes.

L’accueil au BAPE se veut :

  • suffisamment ouvert pour soutenir des demandes très diversifiées et souvent floues
  • suffisamment dense pour mener un travail d’accompagnement, d’élaboration, pendant un certain temps, tout en respectant la demande du consultant et ses limites. Toute intervention, même brève, se situe dans une authentique préoccupation thérapeutique.

Après ces entretiens préliminaires, un projet thérapeutique est élaboré en équipe (psychologues et psychiatre) et plusieurs possibilités sont ouvertes :

  • consultations ponctuelles avec ou non réorientation vers une autre structure : CMP, médecine préventive, structure d’aide pédagogique, hospitalisation si nécessaire…
  • psychothérapie de soutien
  • psychothérapie d’inspiration psychanalytique
  • groupes : relaxation, troubles des conduites alimentaires…

Le déploiement des relations avec les partenaires extérieurs donne au BAPE toute sa place aux étudiants en difficulté. Bien sûr, il ne s’agit pas de dévoyer le secret médical, mais de développer un travail en réseau orienté :

  • vers le intervenants en milieu universitaire : médecine préventive, CROUS, CIO, services médicaux sociaux et pédagogiques des lycées etc…
  • vers les professionnels du champ médico psychiatrique : psychiatrie publique, autres établissements…
  • vers des associations se préoccupant de l’insertion des jeunes : mission locale…

Une bonne connaissance du réseau par les professionnels du BAPE est indispensable pour la prise en charge des étudiants.

Le BAPE est ouvert tous les jours mais parfois sur des créneaux horaires restreints. En fonction des créations de postes à venir les ouvertures seront plus larges.

TOP