Le don de sang, un cadeau précieux et utile !

Les alertes arrivent régulièrement, par mail ou SMS… les réserves sont trop basses !

En offrant 45 minutes de leur temps, dont seulement une dizaine pour l’étape de prélèvement, les donneurs de sang font un geste essentiel et généreux, un cadeau qui sauve des vies.


L’Etablissement Français du Sang (ESG) rappelle que les dons de sang doivent être réguliers et constants car la durée de vie des produits sanguins est limitée (7 jours pour les plaquettes, 42 jours pour les globules rouges) :

10 000 dons de sang sont nécessaires chaque jour pour répondre aux besoins des malades.

Le don de sang est la forme de don la plus courante. Il permet de prélever en même temps tous les composants du sang (globules rouges, plasma et plaquettes) qui sont ensuite séparés.

Comment est organisé le don de sang ?

Assurant le service public de la transfusion sanguine, l’EFS est garant de l’autosuffisance nationale en produits sanguins. En France, le don de sang est fondé sur des valeurs éthiques, qui constituent un gage de sécurité pour les donneurs et les receveurs.

4 valeurs-clefs liées au don fondent le don de sang et animent l’activité de l’EFS au service des donneurs et des malades :

1. L’anonymat : seul l’EFS connaît l’identité du donneur et du receveur, ainsi que les données les concernant.

2. Le volontariat : le don de sang est un acte librement accompli, sans aucune contrainte.

3. Le non-profit : le sang et les produits sanguins ne peuvent être source de profit.

4. Le bénévolat : le don de sang est bénévole et ne peut être rémunéré sous quelque forme que ce soit.

Groupes sanguins et compatibilité

Fondé sur les systèmes ABO et Rhésus, les groupes sanguins permettent de déterminer la compatibilité sanguine entre deux personnes. Mais celle-ci dépend également du type de produit transfusé (globules rouges, plaquettes ou plasma). Dans la plupart des cas, les receveurs sont transfusés avec le sang d’un donneur de même groupe. Il peut néanmoins exister des exceptions. 

Pour la transfusion de globules rouges, les individus de groupe O négatif (O-), quine représentent que 6 % de la population, constituent un groupe très recherché car ils peuvent donner leurs globules rouges et leurs plaquettes à de très nombreux receveurs de Rhésus positif et à tous les receveurs de Rhésus négatif : ils sont appelés « donneurs universels ».

À l’inverse, les individus de groupe AB+ peuvent recevoir les globules rouges de tous les groupes sanguins. Ils sont dits « receveurs universels ».

Le plasma des individus de groupe B- (1 % de la population) est très recherché. Les personnes du groupe O peuvent, quant à elle, recevoir du plasma de tous les groupes sanguins.

Les contre-indications

Le don de sang doit respecter certaines règles qui garantissent la sécurité du donneur comme celle du receveur. Ces règles sont définies par une directive européenne, selon des critères de sélection des donneurs communs à tous les Etats membres de l’Union. En France, cette directive est transposée sous la forme d’un arrêté ministériel.

Dans ce cadre, un médecin ou un infirmier de l’EFS ayant reçu une formation spécifique évalue et apprécie avec le donneur les contre-indications potentielles au cours d’un entretien confidentiel appelé « l’entretien prédon ».

En pratique

Toute personne âgée de 18 à 70 ans, qui pèse plus de 50 kg et qui est reconnue apte suite à l’entretien prédon, peut donner son sang. Après 60 ans,le premier don est soumis à l’appréciation d’un médecin de l’EFS.

Les hommes peuvent donner jusqu’à 6 fois par an et les femmes jusqu’à 4 fois. Entre deux dons de sang, il faut respecter un délai de 8 semaines minimum.

Enfin, si certaines mesures sont définitives, il faut savoir que 80 % des ajournements au don sont temporaires. Le candidat au don peut donc se présenter à nouveau après avoir respecté le délai d’ajournement.

On prélève de 420 à 480 ml de sang, en fonction du poids du donneur.

L’acte lui-même dure 8 à 10 minutes. Si l’on ajoute le temps de l’entretien prédon, puis le temps de repos et de collation qui suit le prélèvement, le don de sang prend, en tout, environ 45 minutes.

Principales contre-indications

  • Liées à des actes de soin, un état de santé ou des antécédents médicaux
  • Traitement comprenant la prise d’antibiotiques en cours ou arrêté depuis moins de 2 semaines
  • Prise de certains médicaments
  • Infection ou fièvre de plus de 38 °C datant de moins de 2 semaines
  • Contact récent avec une personne atteinte d’une maladie contagieuse (le délai varie alors selon la période d’incubation)
  • Antécédent de paludisme (jusqu’à 3 ans après la dernière crise)
  • Vaccin datant de moins de 4 semaines (BCG, fièvre jaune, rougeole, rubéole, oreillons)
  • Intervention chirurgicale ou examen endoscopique dans les 4 derniers mois
  • Soin dentaire en raison d’un risque de passage de bactéries dans le sang(délai variant de 24 heures à 1 semaine selon le type de soin)
  • Infections actives transmissibles par le sang
  • Traitement par hormones de croissance avant 1989
  • Antécédent familial de maladie à prion, antécédent de greffe de cornée ou de dure-mère, antécédent de chirurgie de l’encéphale ou de l’œil avant avril 2001 et antécédent de transfusion ou de greffe.
  • Liées à des pratiques personnelles
  • Tatouages ou piercings (boucles d’oreilles comprises) datant de moins de 4 mois
  • Acupuncture ou mésothérapie lorsqu’elles ne sont pas réalisées avec des aiguilles personnelles ou à usage unique dans les 4 derniers mois
  • Antécédent de consommation de drogues ou de substances dopantes par voie intraveineuse ou intramusculaire.
  • Contre-indications liées à des séjours à l’étranger
  • Séjour dans une région où peuvent sévir certaines maladies (Tropiques,Amérique Latine, Proche et Moyen-Orient…) dans un délai qui peut varier de 1 à 4 mois selon le pays visité
  • Séjours au Royaume-Uni entre 1980 et 1996 d’une durée cumulée supérieure à un an. Cette mesure a pour but d’écarter tout risque de transmission de la« maladie de la vache folle »
  • Liées à des pratiques sexuelles
  • Relation sexuelle avec plusieurs partenaires différents au cours des 4 derniers mois (cette contre-indication ne s’applique pas aux femmes ayant des relations sexuelles uniquement avec des femmes)
  • Relation sexuelle entre hommes dans les 12 derniers mois (le don de plasma reste néanmoins possible sous certaines conditions)
  • Relation sexuelle en échange d’argent ou de drogue dans les 12 derniers mois
  • Relation sexuelle avec un partenaire ayant lui-même eu plus d’un partenaire sexuel dans les 4 derniers mois
  • Relation sexuelle avec un partenaire ayant une sérologie positive pour le VIH, l’hépatite virale B ou C, dans les 12 derniers mois
  • Relation sexuelle avec un partenaire ayant utilisé des drogues ou des substances dopantes ou ayant eu une relation sexuelle en échange d’argent ou de drogue dans les 12 derniers mois.

Les autres types de dons.

Le don de plasma

Polytraumatisés, grands brûlés,hémophiles, enfants immunodéprimés… Le plasma, partie liquide du sang, contient des protéines d’un intérêt thérapeutique majeur pour de nombreux malades.Celui-ci leur est délivré par transfusion ou sous forme de médicaments.

  • Le don dure environ 60 minutes. De l’arrivée au départ, il faut prévoir environ 1h30
  • Le don de plasma s’effectue sur rendez-vous. On prélève, paraphérèse, jusqu’à 750 ml de plasma au donneur : le sang passe alors dans une centrifugeuse qui conserve le plasma et retourne au donneur les autres composants du sang (globules rouges, globules blancs et plaquettes)
  • Le plasma congelé peut être conservé un an
  • Il faut respecter un délai de 2 semaines entre chaque don de plasma.
  • On peut donner son plasma jusqu’à 24 fois par an.

Tous les donneurs de 18 à 65 ans peuvent, sur avis médical, effectuer un don de plasma.

Les individus de groupe AB sont particulièrement recherchés car ils sont « donneurs universels » de plasma : leur plasma peut être transfusé à tous les malades. Seulement 4 % des Français sont du groupe AB, leur plasma est donc rare et précieux.

Les personnes de groupe B, qui représentent 9 % de la population, sont également particulièrement recherchées pour ce type de don.

Le don de plaquettes

Lorsque la maladie (leucémies, lymphomes) ou les traitements lourds (chimiothérapie, radiothérapie) empêchent la fabrication de cellules sanguines par la moelle osseuse, le patient est dit en aplasie. La transfusion régulière de plaquettes permet alors d’éviter les risques d’hémorragies mettant en jeu la vie des malades.

  • Le don dure 90 minutes. De l’arrivée au départ, il faut prévoir environ 2 heures
  • Le don de plaquettes s’effectue sur rendez-vous. On prélève entre 450 et 650 ml de plasma riche en plaquettes au donneur par une technique dite par « aphérèse ». Ce don permet d’obtenir directement auprès d’un même donneur 6 fois plus de plaquettes que lors d’un don de sang
  • La durée de vie des plaquettes est de seulement 7 jours
  • Il faut respecter un délai de 4 semaines entre chaque don de plaquettes
  • On peut donner ses plaquettes jusqu’à 12 fois par an.

Tout donneur âgé de 18 à 65 ans et dont le taux de plaquettes est suffisamment élevé peut effectuer ce type de don.

Tous les groupes sanguins sont recherchés.Néanmoins, le don de plaquettes nécessite disponibilité et réactivité en raison de la courte durée de vie des plaquettes (7 jours). Il est donc proposé plus particulièrement à des donneurs réguliers.

Donner son sang, son plasma ou ses plaquettes, c’est également « la solidarité en action » !

Alors, lancez-vous…

TOP